La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Under Paris Skies

Scène libre : Quelques explications

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

Il était dix-sept heures, Laélia venait tout juste de sortir de cours et attendait à présent Romain... il voulait lui parler.

Ses souvenirs de la veille étaient flous, comme noyés dans un brouillard mais tout de même pas inexistants, la musique qui hurlait dans ses oreilles, les verres qui s'enchaînaient, Romain qui travaillait alors qu'elle s'amusait puis qui lui faisait la morale à un moment donné, puis qui semblait énervé... elle savait qu'elle avait bu beaucoup, bien trop d'ailleurs et qu'elle en subissait les effets aujourd'hui.

Heureusement, le matin elle n'avait commencé les cours qu'à onze heures et avait pu se reposer un peu. Ce qui n'empêchait qu'elle s'était tout de même réveillée avec une migraine atroce et n'avait absolument pas été attentive pendant les cours.

Son mal de crâne s'était peu à peu calmé au fil de la journée mais le soleil qui brillait de nouveau aujourd'hui lui faisait de pics dans le crâne, ce pourquoi elle portait ses lunettes de soleil... enfin, ça c'était aussi pour cacher ses petits yeux fatigués.

0

RP posté le

Romain sortait tout juste de son option photographie. Il se dirigea vers le campus où il devait retrouver Laélia. C'est lui qui avait demandé à la voir. Il voulait revenir sur la question qu'elle lui avait posé la veille. S'il ne tenait pas autant à la jolie brésilienne, il aurait probablement laissé tomber l'affaire. Il serait passé outre cette remarque. Mais là, venant de la jeune femme, ça l'avait vraiment blessé. Il était donc dehors, le soleil brillait dans le ciel. C'était plutôt agréable d'ailleurs. Il repéra rapidement son amie. Il se dirigea vers elle. Il l'embrassa sur le front et s'assit à côté d'elle. Il n'aborda pas de suite le sujet qui le tracassait.

- Salut Laélia, ça va? Pas trop mal au crâne?

0

RP posté le

Romain la rejoint rapidement et vint s'asseoir à côté d'elle, il commença par lui demander comme elle se sentait.

-Salut. Ça va, ça va... Mieux que ce matin. C'est toujours le lendemain qu'on regrette d'avoir trop bu...

La jeune femme poussa un petit soupir, elle se souvenait que Romain était assez agacée contre elle à un moment de la soirée, quand il la raccompagnait chez elle mais elle n'arrivait décidément pas à se souvenir pourquoi... Elle posa ses lunettes de soleil sur le haut de sa tête puis regarda le jeune italien droit dans les yeux.

-Je suis désolée pour hier soir... c'est sûrement de ça que tu voulais me parler. T'aurais pas dû avoir à t'occuper de moi.

0

RP posté le

Quand Laélia lui dit qu'elle allait mieux, Romain se contenta de hocher la tête doucement. Puis elle planta ses yeux dans ceux de l'Italien. Elle s'excusa pour la veille. Elle était désolée qu'il ait été obligé de s'occuper d'elle à la fin de la soirée. Elle s'excusait seulement pour cela? Ce n'était rien. C'était normal pour le photographe. En revanche, elle ne semblait pas se souvenir de cette question. Cette seule et unique question qui avait tellement blessé le jeune homme. Il souffla un coup.

- Laélia, tu ne te souviens pas de la question que tu m'as posé peu avant qu'on arrive chez toi? Tu ne te souviens plus de ce que tu m'as demandé?

Romain ne s'était pas énervé en lui demandant. Il était resté très doux et calme. Il ne voulait pas la brusquer. Et puis, il voulait savoir ce que Laélia allait lui dire avant de potentiellement se mettre en colère.

0

RP posté le

Laélia sentait qu'il y avait vraiment quelque chose qui clochait, surtout lorsque Romain souffla... il lui parla calmement mais c'était probablement le calme avant la tempête. Finalement c'était peut-être plus pour ça qu'il voulait lui parler en cette fin d'après-midi.

Il voulait qu'elle se souvienne d'une question qu'elle lui avait posée...

Alors ce devait être ça la raison de l'énervement du jeune homme la veille. S'il lui disait, elle s'en souviendrait peut-être mais pour l'instant, rien ne lui revenait. La belle brésilienne resta silencieuse un certain temps, fouillant dans ce qu'il lui restait de souvenirs. Mais non... définitivement rien. Alors elle secoua négativement la tête.

-Non... désolée... vraiment. Je ne m'en souviens pas. Je t'ai demandé une connerie ?

La jeune femme se mordilla légèrement l'intérieur de la joue, craignant fortement ce qu'elle pouvait lui avoir demandé en étant ivre.

0

RP posté le

Elle ne se souvenait définitivement de rien. Elle lui demanda si elle lui avait demandé "une connerie". Romain plongea son regard dans le sien, plus sérieux que jamais et il lui dit.

- Tu m'as demandé si j'étais gay. Tu m'as demandé...si je préférais les hommes ou les femmes. Laélia, est ce ainsi que tu vois les stylistes? Est ce ainsi que tu me vois?

Les yeux de l'étudiant étaient humides. Quand il avait formulé le souhait de suivre le chemin du stylisme, il avait déjà dû affronter ce genre de remarques. Néanmoins, il pensait que la brésilienne valait mieux que cela. Et même si elle avait trop bu la veille, il avait mal pris cette question. Il avait les poings crispés. Pas de colère. Non, il serrait les poings pour ne pas craquer.

0

RP posté le

Oh ça y est... ça lui revenait... enfin, elle se souvenait surtout de Jules qui affirmait que le jeune homme italien devait être gay puisqu'il étudiait en stylisme. Mais pourquoi lui avait-elle poser cette question après ?

-Oh bordel... Non, évidemment que non Romain. Je suis désolée...

Elle plongea à son tour son regard dans les yeux brillants de larmes du jeune homme puis prit son visage entre ses mains.

-Ecoute. En début de soirée, on parlait de toi avec mes potes. Jules a affirmé que tu devais être gay parce que tu étais en stylisme. J'ai trouvé ça complètement stupide et je lui ai dit de ramasser ses vieux préjugés. Ce gars est vraiment un petit con des fois je t'assure. Tu as un talent fou de styliste et ça n'a rien à voir avec ton orientation sexuelle. Je ne suis absolument pas du genre à penser qu'on est toujours à une époque où les filles doivent apprendre à s'occuper de la maison, des enfants et à faire la couture et que les gars doivent faire du sport et des maths afin de trouver un boulot qui paie bien plus tard.

La jeune femme fit une petite pause, continuant de fixer l'italien.

-Tu as le droit de faire ce qu'il te plaît dans ta vie, tu as le droit d'aimer qui tu veux et comme bon te semble, me disait ma grand-mère. Qui serai-je pour te juger comme ça en fonction de ce que tu fais ?... Je n'arrive même pas à comprendre pourquoi je t'ai posé cette question... j'ai dû repenser à la remarquer de Jules.

Elle lâcha son visage et commença à s'énerver contre elle-même.

-Putain ce que je peux être conne, ça fait quelques jours qu'on se connaît et je te fais déjà du mal !

0

RP posté le

Quand Romain lui rappela cette fameuse question, Laélia semblait réellement mal et désolée. Elle prit son visage entre ses mains et le regarda droit dans les yeux. Elle lui expliqua tout. La soirée, son pote, ce qu'elle pensait de tout cela, ses excuses visiblement sincères. Il hochait doucement la tête, incapable de répondre quoi que ce soit. Il était rassuré. Mais il haïssait ce gars, Jules. Il n'avait pas intérêt à se retrouver face à lui. Puis Laélia le lâcha et s'énerva contre elle même. L'italien s'appuya contre son amie, posant sa tête sur l'épaule de cette dernière, enfouissant sa tête dans son cou. Il ferma ses yeux et prit sa main.

- Ce n'est pas grave mia bella. Ça va maintenant. Merci mia bella. Merci pour tout.

0

RP posté le

Laélia finit par se calmer, même si elle n'arrivait pas à comprendre le comportement qu'elle avait eu en étant ivre.

Alors que Romain enfouissait sa tête au creux du cou de la jeune femme, cette-dernière commença à passer délicatement ses doigts entre les mèches de cheveux du bel italien puis à les caresser doucement. Un silence s'installa pendant quelques instants avant qu'elle ne le brise.

-Et puis de toute façon je préfère éviter Jules au maximum, je le supporte de moins en moins. Il est juste venu hier soir avec nous car Tom se sentait seul... Hum hum, attends, je vais te faire une petite imitation pour que tu puisses te moquer de lui.

Elle sourit en coin avant de commencer son imitation, prenant une voix très hautaine assez semblable à celle du jeune homme qu'elle imitait.

-Je me présente, Jules de Montfaucon, riche héritier de l'entreprise de pharmaceutique de mes parents. Oh, mes chers parents... que je les aime, mais attention, ne leur dîtes pas que je fréquente des "pauvres" dans mon université. Ils seraient déshonorés. Je m'adapte un peu à eux d'ailleurs en parlant leur langage ainsi qu'en imitant leur façon de parler... simple question d'adaptation. Mais dès que je retrouve mes cheerrs parents, je ne les connais plus ces "pauvres". Non, toute de même, vous plaisantez ! Je suis Jules de Montfaucon, toutes les femmes tombent sous mon charme. Enfin je les charme toutes... mais quand je ne suis pas avec mes parents hein ! Oui, oui parce que devant mes parents, je suis Jules DE MONTFAUCON, tout de même !

La belle brésilienne éclata de rire.

-Imitation inspirée de faits réels puisque j'ai eu la chance de voir la comportement tout à fait différent de Jules quand il est avec ses parents.

0

RP posté le

Quand Laélia commença à lui caresser les cheveux, Romain soupira de bien-être. Ce geste l'apaisait. Puis il écouta son amie parler de son pote. Visiblement, c'était tendu entre eux en ce moment. Puis elle se mit à l'imiter. L'italien ouvrit alors les yeux pour voir son "petit spectacle". Il rit en la voyant faire. Puis quand la brésilienne lui dit qu'elle n'inventait pas et que Jules était vraiment comme cela, le photographe fut dégouté.

- Je trouve que ce comportement est intolérable. Ce Jules est abject et méprisable au possible. Toi à côté mia bella, tu es si douce, si pure, si gentille. Je t'adore.

Il l'embrassa alors longuement sur la joue pour lui prouver, et aussi pour lui montrer qu'il ne lui en voulait pas pour la veille.
0

RP posté le

Un grand sourire illumina le visage de Laélia lorsque Romain la complimenta puis l'embrassa longuement sur la joue. Elle n'ajouta rien au sujet de Jules, préférant le passer aux oubliettes et profiter de leur bonheur.

-Et toi alors meu raio de sol ? Que pourrais-je dire de toi qui es cent fois plus doux, pur et gentil que moi ?

La jeune brésilienne embrassa à son tour la joue du jeune homme.

-Tu es d'une douceur toi... en fait tu es la douceur elle-même. Ça ne serait pas ton troisième prénom par hasard ?

Elle rit doucement, d'un rire rempli de tendresse avant d'ajouter :

-Et oui, troisième prénom parce que avant, en deuxième prénom, je te donnerais "perfection".

0

RP posté le

Romain vit les lèvres de son amie s'étirer en un grand sourire quand il la complimenta. Il aimait quand son visage était ainsi, lumineux et joyeux. Puis c'est elle qui se mit à le complimenter. Au début, il souriait un peu. Il était heureux d'entendre ces mots, ça faisait plaisir. Il aurait aimé s'exprimer, la remercier, lui dire qu'il ne méritait pas tout ces compliments. Mais il ne pût dire quoi que ce soit. Elle continuait à faire ses éloges. Alors le photographe se mit à rougir. C'était trop pour lui. Trop d'un coup. Il se cacha donc en enfouissant encore son visage dans le creux du coup de la jolie brésilienne.

- Non, je ne mérites pas tout cela, tu dis n'importe quoi, je suis loin d'être parfait.

C'était drôle car quand il avait invité Laélia à dîner chez lui la dernière fois, il disait exactement le contraire. Mais là, pour l'instant, il ne s'en souvenait pas, trop occupé à fuir la vague de compliments qui s'abattait sur lui.
0

RP posté le

En voyant la réaction de Romain qui avait rougi puis s'était caché dans le creux de son cou, comme pour qu'elle ne le voit pas, Laélia ne put s'empêcher de rire... pas un rire méchant, ni un rire moqueur. Non, un rire attendri et amical.

-Ça y est, monsieur fait le timide.

La belle brésilienne passa de nouveau sa main dans les cheveux du photographe mais cette fois-ci, les ébouriffa un peu au lieu de les caresser.

-Tu mérites largement tout cela. Attention, je vais encore dire quelque chose qui va te faire rougir... tu es parfait à mes yeux, alors ne me fais pas croire que je dis des conneries.

La jeune femme attendit quelques instants puis décida d'ajouter une blague afin de détendre un peu Romain.

-Mais si tu es parfait c'est sûrement parce que tu es avec moi et que JE suis parfaite.

Elle éclata de rire, d'un rire presque diabolique cette fois-ci.

0

RP posté le

Quand Laélia se mit à rire en disant qu'il "faisait le timide", Romain rit légèrement lui aussi et laissa son amie lui ébouriffer les cheveux. Il releva ensuite la tête et affronta directement les compliments. Un véritable face-à-face. Ses joues étaient légèrement rouges, mais au moins il ne se cachait plus. Puis à la dernière remarque de la jeune femme, il la fixa droit dans les yeux.

- Ah non, tu te trompes. Tu fais erreur, tu as inversé les rôles. Tu avais raison, JE suis parfait. Et je suis même tellement parfait que je rends tout ceux autour de moi un peu plus beaux, un peu plus parfait !

Romain avait aussitôt reprit confiance en lui. Il ne voulait pas laisser la jolie brésilienne avoir raison.
0

RP posté le

Laélia sourit, satisfaite de voir que Romain avait repris confiance en lui et en plus de cela, entrait dans son jeu.

-Très bien, très bien... j’admets. Tu es la perfection et moi, j’ai pleins de défauts mais tu m’embellies un peu.... un petit peu.

La jeune femme faisait mine d’être vaincue, avant d’ajouter, avec un sourire en coin:

-Mais bon, je te rappelle une seule chose... la perfection n’existe pas. Doonnc... tu n’existes pas, tu n’es rien. Alors que moi, et malgré tous mes défauts, et bien... j’existe.

Certes son raisonnement était tout à fait tiré par les cheveux et elle se contredisait par rapport à ce qu’elle disait avant mais cela lui plaisait bien. Elle prit le menton de Romain dans sa main avec un sourire provocant et ajouta, en le fixant:

-C’est bête de ne pas avoir de défauts hein ? Je suis sûre que tu ne serais même pas capable de t’allonger sur cette pelouse alors que c’est interdit... contrairement à moi qui n’en ai rien à faire.

Sur ce, pour illustrer ses dires, elle enjamba le banc sur lequel ils étaient assis et s’allongea en position étoile de mer sur l’herbe fraîche.
0

RP posté le

Après toutes les provocations de Laélia, Romain ouvrit grands les yeux et la bouche de surprise. Puis il se reprit. Il secoua la tête et la regarda intensément.

- Je me pavane devant toi et tu parviens malgré tout à me trouver parfait ?! L'orgueil est pourtant bien un défaut, non? Quant à venir me coucher sur cette pelouse, ce n'est pas bien compliqué.

Romain vint la rejoindre, se couchant à ses côtés. Puis il murmura à son oreille quelques mots.

- Et puis, tu m'aime tellement que si je n'étais rien, si je n'existais pas, tu m'inventerais, tu me construirais, pas vrai?
0

RP posté le

Laélia rit de nouveau doucement à la première remarque de Romain et elle lui repondit tout en fixant le ciel.

-Tu fais semblant de te pavaner, il y a là une réelle différence... tu t’inventes des défauts mon cher.

Alors que Romain venait la rejoindre sur l’herbe et évoquait le fait que s’il n’existait pas, elle l’inventerait, la jeune femme commença à chantonner “Et si tu n’existais pas” de Joe Dassin, avec un sourire rempli de malice pendu aux lèvres.

-Et si tu n'existais pas
Dis-moi pourquoi j'existerais?
Pour traîner dans un monde sans toi
Sans espoir et sans regret
Et si tu n'existais pas
J'essayerai d'inventer l'amour...

À la fin de ce vers, la belle brésilienne se pencha un peu au-dessus du jeune italien et vint approcher doucement ses lèvres des siennes afin de l’embrasser avec une tendresse infinie.
0

RP posté le

À la première remarque de la jeune femme, Romain rit légèrement. Il allait répliquer quand la jeune femme se mit à chanter doucement. Il l'écouta, un doux sourire accroché aux lèvres. Puis elle s'approcha finalement de lui pour lui voler un tendre baiser. Le photographe prit le visage de la brésilienne entre ses mains et répondit avec douceur à cette étreinte.

- Ti amo mia bella...
0

RP posté le

Laélia sourit, conquise lorsque Romain lui dit « Je t’aime » en italien. Puis, elle lui répondit en portugais.

-Eu te amo meu raio de sol...

La jeune brésilienne posa sa tête sur le torse de celui qu’elle aimait plus que tout, un éternel sourire aux lèvres.
Puis, une voix autoritaire vint briser ce moment de calme et de tendresse:

-Hé les tourtereaux, cette pelouse est interdite ! Vous allez me faire le plaisir d’aller vous bécoter ailleurs !
0

RP posté le

Quand Laélia répondit à sa déclaration dans sa langue natale, le cœur de Romain se mit à battre plus vite, plus fort. Puis quand la jeune femme posa sa tête sur le torse de l'italien, ce dernier commença à lui caresser doucement les cheveux. Puis une voix de source inconnue vint leur rappeler où ils étaient. Romain rit légèrement et se releva en tirant la belle brésilienne pour qu'elle fasse de même.

- Désolé monsieur, on ne recommencera plus.

Puis il s'éloigna en tirant sa belle avec lui. Il ne savait pas où il se dirigeait exactement. Sûrement vers un lieu plus calme.
0

RP posté le

Laélia rit à son tour en entendant l'homme qui les réprimandait puis elle suivit Romain et ils commencèrent à marcher tranquillement, la jeune femme entrelaça ses doigts avec ceux du bel italien.

Puis après un certain de temps à marcher silencieusement, main dans la main vers une destination inconnue, la jeune brésilienne prit la parole:

-Je vais partir chez mes parents ce soir et j'y resterais sûrement jusqu'à demain pour... leur annoncer la nouvelle.

Elle n'avait pas besoin de préciser de quelle nouvelle elle parlait, ils le savaient très bien tous les deux.

0

RP posté le

Ils marchaient main dans la main, paisiblement. Chaque moment passé avec Laélia était agréable. Rien que marcher ainsi l'un à côté de l'autre représentait un moment unique et précieux. Puis la jolie brésilienne lui annonça sa visite à ses parents. Romain savait ce qu'elle devait leur dire, évidemment. Il hocha alors doucement la tête.

- Oui, bien sûr. Si tu as besoin d'en parler, n'hésites pas à m'appeler. Que ça soit avant de leur parler, pour être rassurée ou après, si tu as besoin de soutien. Je serais là. A n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, d'accord?

0

RP posté le

Laélia sourit doucement lorsque Romain lui annonça qu'il pouvait compter sur lui à n'importe quel moment de la journée. Mais rien que de penser au moment où elle annoncerait à ses parents qu'elle voulait arrêter le droit, une vague de panique la submergeait... qu'elle cachait tant bien que mal.

-Pas de problème mais je ne te dérangerais pas quand tu bosseras par contre.

La jeune brésilienne regarda le jeune homme puis soudain... se figea, arrêta de marcher, elle resta debout, immobile, le regard dans le vide... elle avait une absence épileptique.

0

RP posté le

Quand Laélia lui dit qu'elle ne le dérangerait pas quand il serait au travail, Romain sourit. Il allait lui dire que si elle en avait besoin, elle pouvait même l'appeler au boulot, qu'elle était sa priorité. Mais il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit parce la jolie brésilienne se figea. On aurait dit une statue.

- Laélia? Laélia, que se passe t-il? Dis quelque chose mia bella!

Romain le visage de la belle entre ses mains et plongea son regard dans le sien. Il ne savait quoi faire, ni comment réagir alors il la regardait en l'appelant doucement.

0

RP posté le

Ce genre de crises ne durait pas longtemps, après une vingtaine de secondes d'absence, Laélia papillonna brusquement des yeux et vit que Romain était en face d'elle, tenant son visage entre ses mains et l'appelant doucement. Elle comprit qu'elle venait de faire une crise partielle... et de nouveau, le jeune homme ne devait pas avoir compris ce qu'il lui arrivait.

-Ça va, je vais bien... c'était rien. Mon cerveau qui fait des siennes encore. Désolée Romain.

Elle déposa alors un baiser sur ses lèvres afin de le rassurer.

0

RP posté le

Après quelques secondes d'absence, Laélia revint à elle doucement. Elle rassura l'italien en s'excusant. Romain se trouva idiot de ne plus avoir pensé aux problèmes de santé de la brésilienne.

- Non, ne t'excuse pas, c'est moi, j'aurais dû comprendre... Enfin, ça va maintenant.

Il ferma doucement les yeux quand elle l'embrassa. Puis il prit à nouveau sa main et ils continuèrent à marcher.

- Tu pars de bonne heure ou on a un peu de temps pour nous?

0

RP posté le

Laélia ne pouvait rien faire pour prévenir Romain quand une crise allait arriver et cela l'attristait un peu, ce n'était pas simple pour elle de vivre avec cette maladie mais cela pouvait l'être aussi pour ses proches... Tout cela lui rappelait les crises de panique de sa mère quand ils avaient découvert que la petite fille qu'elle était, était sujette à des crises d'épilepsie.

Puis, le jeune homme lui demanda quand elle allait partir.

-Je pense partir vers vingt heures, mes parents n'habitent qu'à une trentaine de minutes d'ici en transports en commun.

Elle voulait passer le plus de temps possible avec son petit rayon de soleil italien mais pensa tout de même à quelque chose.

-Mais tu ne travailles pas toi le vendredi soir ?

0

RP posté le

Quand Laélia lui rappela qu'il devait travailler le soir, il fit une petite mine attristée. Il aurait bien aimé rester avec elle jusqu'à ce qu'elle aille chez ses parents.

- Si mais j'ai encore un peu de temps avant d'y aller. Et, si tu veux bien de moi, je vais passer ce temps libre avec toi.

Il posa son front contre celui de la jolie brésilienne et lui pinçant doucement le nez. Puis ils continuèrent à avancer. Ils arrivèrent dans un coin tranquille. Il n'y avait là que quelques étudiants écoutant de la musique ou plongés dans leurs livres.

0

RP posté le

Laélia sourit doucement lorsque le jeune italien lui pinça le nez et lui annonça qu'il voulait passer le temps qu'il lui restait avec elle... elle aussi voulait profiter au maximum du temps qu'il leur restait ensemble aujourd'hui.

-Promis, dès que je serai revenue de chez mes parents, on passera le reste du week-end ensemble.

La jeune femme lui adressa alors un grand sourire puis repéra un banc sans dossier vers lequel elle se dirigea, tirant Romain avec elle. Elle s'installa à califourchon sur le banc et invita alors le jeune homme à s'installer en face d'elle de la même manière afin qu'ils soient en face à face

-Hmm... et maintenant, meu amor... je voudrais en savoir un peu plus sur toi, sur ton enfance en Italie et tout ça.

0

RP posté le

Il sourit quand elle lui promit de passer le reste du week-end avec lui. Cette seule idée lui faisait tellement plaisir. Puis quand Laélia l'invita à s'asseoir face à elle sur un banc, il vint la rejoindre.

- Hum... Que puis je te dire de spécial? Et bien, je suis né en Italie. Mes parents sont des petits artisans, c'est pour cela que je dois travailler d'ailleurs, parce qu'on ne roule pas sur l'or. J'ai une grande sœur qui a cinq ans de plus que moi. Mon enfance, mon enfance... Et bien, enfant j'avais un groupe d'amis assez important comme je te l'ai déjà dit. C'était plutôt sympa. Ensuite, en grandissant, on m'a découvert de grandes facilités pour les sciences. Mais, comme tu le sais déjà, j'étais depuis longtemps attiré par la mode et le stylisme. D'ailleurs, ça m'a attiré les moqueries de quelques uns de mes camarades. C'est pour cela que j'ai aussi mal pris ta question la dernière fois. Bref, finalement tu le sais, j'ai réussi à convaincre mes parents e me laisser suivre la voie du stylisme et me voilà loin de ma famille, loin de mon pays. Je suis souvent nostalgique mais en même temps, j'aime bien Paris, et, je suis avec toi. Bref, s'il y a quelque chose que tu veux savoir, pose moi tes questions. Et puis, à ton tour.

0

RP posté le

Laélia écouta attentivement ce que lui expliquait Romain par rapport à ce qu'il avait vécu avant d'arriver en France. Elle s'en voulut de nouveau lorsque le jeune homme évoqua le fait qu'il ait subi des moqueries au sujet de sa passion pour le stylisme quand il était plus jeune.

Lorsqu'il lui proposa de poser des questions, elle demanda juste :

-J'aimerais juste savoir d'où tu viens en Italie.

La belle brésilienne lui adressa un sourire avant de commencer le propre récit de son enfance.

-Alors moi... Je suis née à Salvador, une ville magnifique de la côte brésilienne et comme je te l'ai déjà dit en partie, je suis fille unique, ma mère est juge et elle a rencontré mon père, qui lui est avocat, lorsqu'elle est partie faire ses études pendant un an au Brésil. Nous sommes assez aisés sans pour autant rouler sur l'or. J'avais des amis évidemment là-bas, pas beaucoup mais c'était véritablement des amis en or. Et en fait, on n'a pas vraiment déménagé en France par choix... mes grands-parents du côté de ma mère sont décédés brusquement et ma mère a eu par la suite beaucoup de problèmes de famille. Alors évidemment c'est devenu compliqué vu qu'elle était à presque 8000 kilomètres de sa famille... J'avais quatorze ans à l'époque et ce qui fait qu'on a déménagé ici et qu'on y est resté puisqu'il y avait de bonnes opportunités pour mes futures études. Et après le reste tu le sais déjà, le droit tout ça...

Elle fit une petite pause avant de reprendre avec un peu de nostalgie dans la voix.

-Alors évidemment, mon petit pays, ses plages à pertes de vue et sa chaleur me manquent mais comme tu le dis, on est ensemble alors quoi de mieux ? Et... tu peux me poser des questions si tu veux aussi bien sûr.

2
SarahB
SarahB a commenté :
Je voulais éviter Rome pour éviter les jeux de mots moyens mais c'est plus fort que moi, j'aime beaucoup trop cette ville...
Publié Mon, 05 Mar 2018 14:43:05 +0100
BlackButterfly
BlackButterfly a commenté :
T'inquiète, une fois que j'ai fait une blague une fois, je ne la refais plus ?
Publié Mon, 05 Mar 2018 14:47:33 +0100

RP posté le

Pour seule question, elle lui demanda s'où il venait en Italie.

- Rome. Une ville magnifique...

A cette idée, il ferma les yeux et pendant quelques instants il se souvint de sa ville natale. Un petit sourire étirant ses lèvres. Puis Laélia lui raconta son enfance à elle. Il souriait en entendant son récit. Ils avaient tellement de choses à apprendre l'un de l'autre. Tellement de choses à apprendre sur leurs pays respectifs. Quand elle lui dit qu'il pouvait poser des questions, il se trouva bête parce qu'il n'avait rien de spécial à demander.

- Je n'ai pas de questions particulières... Ton "petit pays" comme tu le dis, doit être assez attachant. C'est terrible toute cette nostalgie en parlant de cela.


0

RP posté le

Tout cela avait plongé Laélia dans une nostalgie profonde qu'elle essayait pourtant de mettre un peu de côté. Ses yeux s'illuminèrent un peu lorsque Romain lui annonça qu'il habitait à Rome

-J'adorerais visiter l'Italie... ce n'est pas très loin en plus.

Leurs pays d'origine étaient tellement éloignés l'un de l'autre, ils ne parlaient même pas la même langue à l'origine... la France agissait comme un pays unificateur pour eux, la France, Paris et leur université leur avaient permis de se rencontrer malgré les différences qui les séparaient à la naissance.

-Oui, ce n'est pas vraiment un pays "petit" vu sa superficie évidemment mais j'aime bien l'appeler ainsi... c'est affectif.

La jeune femme sourit tendrement avant de changer un peu de sujet.

-Hmm... aucun rapport mais puisqu'on doit apprendre à se connaître un peu mieux... comment s'appelait ton premier amour ?

0

RP posté le

Quand elle lui dit qu'elle aimerais visiter l'Italie, un grand sourire illumina le visage de Romain.

- J'adorerais te faire visiter mia bella.

Puis il rit tendrement quand Laélia lui dit qu'elle parlait du Brésil comme d'un "petit pays" affectueusement. Ensuite elle lui demanda le nom de son premier amour. Romain sourit tristement. Il s'en souvenait comme si c'était hier. L'amour qu'il lui portait. Ses sentiments qui semblaient réciproque...et ce coup de poignard dans le dos...

- Il s'appelait Michelangelo...

Il se souvenait de lui. Ces dix années d'écart entre eux. Ces dix années qui semblaient ne pas les déranger. Jusqu'à ce que Romain apprenne que son grand amour n'avait fait que s'amuser avec lui. Il se souvenait de ses doux cheveux bruns et de ses yeux bleus profonds comme l'océan. Puis il prit conscience qu'il aimait bien plus Laélia. Qu'elle était la seule qui faisait battre son coeur aussi vite et aussi fort.

- Et toi mia bella? Avec ton joli minois, tu dois avoir du succès, non?

0

RP posté le

Laélia sourit à son tour quand Romain lui annonça qu'il adorerait lui faire visiter l'Italie... elle en rêvait déjà !

Puis la jeune femme crut percevoir un brin de tristesse dans le regard du bel italien lorsque celui-ci évoqua Michelangelo son premier amour... cela n'avait pas du se terminer si bien. Cependant, elle ne demanda pas de précisions.

Enfin, il lui demanda ce qu'il en était d'elle.

-Hmm... oui peut-être.

La belle brésilienne sourit malicieusement en disant cela, puis elle dit le prénom de son premier amour à son tour... elle se rappelait très bien de lui évidemment puisqu'elle était amie avec lui à présent.

-Il s'appelait Leandro.

Ah Leandro... elle le connaissait presque depuis sa naissance, ils avaient passé toute leur enfance ensemble, voguant dans un espace étrange entre l'amitié et l'amour. Ils avaient fait les quatre-cent coups ensemble, inséparables, ils s'en fichaient de savoir à quoi rimait leur relation... ils étaient trop jeunes pour ça. Puis, comme ils devenaient un peu plus grand, ils s'étaient mis véritablement en couple et cela avait duré deux ans... avant qu'ils ne se rendent compte, peu avant que Laélia parte en France, qu'entre eux, c'était définitivement de l'amitié. De plus, Leandro, au début de l'adolescence. s'était rendu compte qu'il préférait les hommes.

Et puis en France, il y en avait eu d'autres, mais ils n'avaient jamais duré bien longtemps... pour la simple et bonne raison que jamais, avec ces gars, elle n'avait ressenti de sentiments aussi puissants que ceux qu'elle ressentait à présent pour Romain.

0

RP posté le

Laélia ne posa pas de questions sur Michelangelo. Romain lui en était reconnaissant pour cela. Il préférait tirer un trait sur cette histoire douloureuse. Puis il sourit à sa remarque. Elle lui révéla ensuite le nom de son premier amour, Leandro. Elle ne semblait pas particulièrement triste comme lui alors il supposait que ça s'était bien terminé entre eux. Romain sourit malicieusement à la brésilienne. Sa première réponse ne lui avait pas suffit.

- D'accord, très bien. Mais...que signifie ce "peut-être"?

0

RP posté le

Laélia sourit tout aussi malicieusement lorsque Romain lui redemanda la signification de son "peut-être" lorsqu'il lui avait demandé si elle avait du succès.

-Peut-être... peut-être que j'ai du succès auprès des hommes grâce à mon jolie minois comme tu dis.

La jeune femme fit un clin d’œil au bel italien avant d'ajouter, tout se rapprochant un peu de lui afin de lui murmurer à l'oreille :

-Mais peut-être aussi que la seule chose qui m'importe à présent c'est d'avoir du succès aux yeux de l'homme qui se trouve en face de moi.

Sur ce, elle l'embrassa dans le cou.

0

RP posté le

Quand Laélia lui redonna la signification de son "peut-être", il plissa les yeux et fit un sourire en coin. Il n'était pas étonné à vrai dire. C'était une jeune femme drôle, sincère, pétillante en plus d'être magnifique physiquement parlant. Elle était parfaite à ses yeux. Puis elle lui murmura à l'oreille qu'il était désormais important pour elle d'avoir du succès auprès de lui.

- Tant mieux... J'aurais été jaloux sinon. C'est la première fois que je ressens quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un. Ti amo...

Après qu'elle l'ait embrassé dans le cou, il prit son visage entre ses mains et prit les lèvres en otage. Ce baiser restait très doux mais il était également passionné. Ce qu'il pouvait aimer cette petite brésilienne à l'accent charmant.

0

RP posté le

Laélia sourit doucement lorsque Romain lui annonça que c'était la première fois qu'il ressentait quelque chose d'aussi... c'était partagé. Puis, elle prolongea au maximum le baiser que Romain venait de lui offrir, avec encore plus de passion.

Et enfin, elle lui répondit :

-Ne t'inquiète pas, tu n'as pas à être jaloux... tu es le seul à mes yeux, o único (=l'unique). Je t'aime.

Cette fois, elle lui avait avoué son amour en français. Puis, elle décida de lui partager quelque chose qu'elle pensait déjà depuis un petit bout de temps.

-Tu sais... je te trouve encore plus sexy quand tu parles en italien. Tu as toujours un charme fou mais je fonds littéralement à chaque fois que tu m'appelles mia Bella.

La jeune femme rit doucement à cette remarque qu'elle venait de faire. De plus, elle avait dit ces deux derniers mots avec un accent portugais, ce qui donnait quelque chose d'assez spécial.

0

RP posté le

Romain sourit après la déclaration de la brésilienne. Elle lui avait dit en français cette fois ci. Il aimait à la fois quand elle s'exprimait dans sa langue natale, mais en même temps, il aimait l'entendre parler français avec son léger accent. C'est drôle parce qu'au moment où il se faisait cette réflexion, elle lui dit aimer particulièrement quand il parlait en italien. Et visiblement le surnom qu'il lui donnait lui faisait un petit effet. Alors il sourit et vint murmurer à son oreille :

- Mia bella... Je parlerais Italien autant que tu voudras. Et ce petit surnom ne risque pas de te quitter. Mia bella. Saches que j'aime bien quand tu m'appelle meu raio de sol. Dans ces moments là, ça me fait tellement plaisir que je ne peux m'empêcher de sourire comme un idiot.

Il rit un peu et reprit sa position initiale. Il lui attrapa les mains et il la regarda intensément dans les yeux.

0

RP posté le

Un grand sourire illumina de nouveau le visage de Laélia lorsque Romain lui murmura à l'oreille et la nomma par deux fois par le surnom qu'elle aimait tant. Puis il lui avoua à son tout apprécier qu'elle lui donne un petit surnom et que cela le faisait sourire comme un idiot, ce qui la fit rire doucement.

-Et bien... nous sommes deux à sourire comme des idiots.

La jeune femme serra un peu plus les mains du bel italien dans les siennes puis annonça, un peu tristement:

-Le seul problème, c'est que en dehors de "Buongiorno", "Mia Bella" et "Ti amo", je ne comprends pas un traître mot d'italien.

Elle rit de nouveau un peu puis ajouta :

-Mais c'est une langue si belle, si chantante que ça me transporte. Et puis, même quand tu parles français, tu as un accent italien et c'est... magnifico !

La belle brésilienne lâcha une main de Romain puis joignit ses doigts devant sa bouche avant de les détacher tout en levant sa main vers le ciel, imitant un geste cliché que les italiens peuvent faire. Puis, elle rigola encore une fois.

0

RP posté le

A la première remarque de la brésilienne, Romain ne put s'empêcher de rire légèrement. Puis il sentit l'emprise de Laélia se resserrer sur ses mains. Ensuite elle lui dit ne pas comprendre l'italien mis à part quelques mots. Romain se rapprocha d'elle.

- Dans ce cas, je vais commencer par t'apprendre des mots d'amour, qu'en penses tu ma chérie? Qu'en penses tu cara mia? C'est une bonne idée, n'est ce pas mon ange, n'est ce pas angelo mio?

Après lui avoir déjà donné ces deux nouvelles expressions, elle se mit à imiter les Italiens d'une manière très clichée. Romain éclata de rire et commença à la chatouiller.

- Bambina...

0

RP posté le

-Bien, je vais faire le perroquet alors.

Laélia sourit puis commença alors à répéter tout à fait sérieusement les deux expressions que venait de lui présenter Romain, tout en faisant son maximum pour les prononcer comme lui, avec la bonne intonation.

-Cara mia. Angelo mio.

Mais malheureusement, elle ne put s'empêcher d'éclater de rire tout en se tortillant lorsque l'italien commença à la chatouiller, ne pouvant absolument pas y résister. Elle avait mes des larmes de rire aux yeux.

-Ahh... par pitié, a-a-rrête. Tu, tu me gê-gênes dans mon apprentissaaage ! dit-elle, ses mots entrecoupés d'éclats de rire.

0

RP posté le

Laélia essayait de répéter ce que lui avait dit l'italien mais elle était incapable de travailler correctement car celui ne cessait de la chatouiller. Elle lui demandait d'arrêter. Romain rit à son tour en la voyant se tortiller dans tous les sens.

- Je veux bien arrêter mais alors, Baciami. Embrasse-moi.

Il cessa ses chatouilles pour que la jeune femme puisse l'embrasser et approcha son visage du sien. Il lui souffla alors quelques mots. Quelques mots sincères et passionnés.

- Mia bella... Sono pazzo di te. Je suis fou de toi...

0

RP posté le

Romain décida finalement de la laisser tranquille en échange d'un baiser, la jeune femme put enfin souffler et un sourire apparut sur ses lèvres.

-Tu profites de moi meu amor.

Elle rit doucement puis écouta les doux mots d'amour que lui disaient le bel italien mais ne les répéta pas, préférant les répéter dans sa tête et les retenir dans un coin de son esprit.

Alors, enfin elle alla alors capturer les lèvres du jeune homme et l'embrassa longuement et passionnément tout en passant une main dans ses cheveux, elle se permit même de lui mordiller très légèrement la lèvre inférieure.

0

RP posté le

Quand Laélia l'accusa de profiter d'elle, Romain rit légèrement.

- C'est pas mon problème ça, mia bella. J'ai ce que je veux, c'est tout ce qui compte, non? Nan, je plaisante évidemment. Mais franchement, ose me dire que ça te dérange de m'embrasser...

Puis il continua à lui apprendre quelques mots d'amour qu'elle écouta avec attention. Puis elle vint l'embrasser fougueusement en lui mordillant même doucement la lèvre. Le jeune homme approfondit cette étreinte en passant une main dans la nuque de la brésilienne et l'autre dans son dos. Puis, n'ayant plus de souffle, ils s'écartèrent légèrement l'un de l'autre. Mais Romain revint aussitôt à la charge et l'embrassant dans le cou, puis en remontant vers sa mâchoire, sans aller jusqu'aux lèvres.

0

RP posté le

Laélia n'ajouta rien, elle se contenta de sourire doucement. Non en effet, elle ne pouvait pas dire que cela la dérangeait de l'embrasser... bien au contraire.

La belle brésilienne sentit un doux frisson la parcourir lorsque les lèvres de Romain se posèrent dans son cou puis remontèrent doucement vers sa mâchoire... Elle ferma même les yeux tout en glissant ses doigts fins entre les mèches de cheveux bruns du jeune homme.

-Tu veux me rendre folle meu raio de sol ?

Dit-elle en rouvrant les yeux tout en poussant un petit soupir de bien-être. Elle sentait doucement poindre en elle un désir charnel même si il était là, au milieu d'étudiants qui lisaient ou écoutaient de la musique et qu'elle savait qu'il ne pourrait pas être assouvi.

0

RP posté le

Romain sourit en constatant le silence de Laélia. Puis il remarqua chacune de ses réactions quand il se mit à l'embrasser doucement. Il la sentit frissonner doucement, puis il vit ses yeux se fermer, sentit ses doigts se glisser dans ses cheveux. Et puis cette question...

-Nous savons tout les deux que tu es déjà folle de moi, mia bella.

Elle rouvrit les yeux, il capta ce petit soupir qui s'échappa de ses lèvres, il sourit. Il sentait en lui quelque chose qui montait. Accélérant son coeur, lui chauffant le ventre, lui faisant perdre la tête. Oui, le désir. Hélas, ils étaient sur le campus, entourés d'étudiants. Bientôt ils allaient se lever. Partageraient une longue étreinte passionnée et ils s'en iraient. Elle irait chez ses parents. Il irait bosser. Le photographe redoutait le moment de se quitter, il le repoussait. Il n'allait pas pouvoir l'éviter indéfiniment. Alors, il profitait encore un peu d'être avec sa belle brésilienne.

0

RP posté le

Laélia ne dit rien lorsque Romain affirma qu'ils savaient tous les deux qu'elle était folle de lui... bien sûr qu'il le savait et bien sûr qu'elle l'était mais elle ne dit rien, elle se contenta de l'enlacer et de poser sa tête au creux de son épaule avant de respirer son odeur.

La jeune femme remarquait bien que son amant repoussait le moment où il devrait se séparer mais elle ne voulait pas qu'il soit réprimandé par son patron. Alors elle se redressa un peu afin d'être de nouveau face à lui.

-Tu vas finir par être en retard... meu raio de sol.

Le temps passait à une vitesse folle avec lui, elle plongea son regard dans celui du jeune homme... ils devaient se quitter malheureusement, pour se retrouver le lendemain.

0

RP posté le

Quand Laélia lui fit comprendre qu'il allait être temps d'y aller, il hocha tristement la tête.

- Oui, je sais mia bella. Mais je n'ai pas envie d'y aller... J'aimerais tellement rester avec toi.

Finalement, il retrouva la raison. Il se leva et tira doucement la jeune femme par le poignet pour qu'elle fasse de même. Il la serra alors longuement dans ses bras. Il retenait la douceur de sa peau, ainsi que sa chaleur, ses cheveux soyeux, son doux parfum... Il vivait pleinement cet instant. Il savait qu'il la retrouverait le lendemain mais voulait graver chacun de leurs moments passés ensemble dans son esprit. Pour ne jamais oublier. Pour toujours se souvenir qu'ils sont présents l'un pour l'autre. Puis il mit fin à cette étreinte et lui prit la main, leurs doigts s'entremêlant. Ils commencèrent à marcher en direction du bar où travaillait le photographe.
0

RP posté le

-Moi aussi tu le sais, mais c'est ainsi. Courage.

Laélia lui sourit tendrement puis il finit par l'entraîner à se lever et ils s'étreignirent longuement. La jeune femme savoura le plus possible cette étreinte. Elle était habituée aux adieux, elle qui avait quitté son pays natal et la plupart des proches qui s'y trouvaient... et pourtant, dans un sens, cette "séparation" l'attristait presque autant, elle avait l'impression qu'elle allait perdre la moitié d'elle-même, même si c'était juste pour une journée. Heureusement, cette étreinte lui redonnait du courage, le courage dont elle avait besoin pour aller chez ses parents juste après.

Ils arrivèrent assez rapidement devant le bar... d'ailleurs bien trop rapidement à son goût. La belle brésilienne se plaça en face de son amant et passa ses bras autour de son cou.

-Allez, courage meu amor et on se dit à demain... en début d'après-midi je pense, vers 14 heures. Enfin je te redirais.

Elle lui sourit tendrement puis lui vola de nouveau un baiser.

0

RP posté le

Ils arrivèrent vite au bar. Oh, oui, tellement vite. Le trajet avait semblé si court. Romain avait l'impression qu'ils n'avaient fait que quelques pas et qu'ils étaient arrivés aussitôt. La jolie brésilienne s'était arrêtée face à Romain, passant ses bras autour de son cou. Elle lui dit d'être courageux et qu'ils se verraient le lendemain.

- Oui, j'ai hâte d'être en week-end et surtout de le passer avec toi. Et n'oublie pas, si tu as besoin de me parler, je suis là, tu m'appelles quand tu veux.

Elle l'embrassa encore une fois. Le photographe la serra encore une fois contre lui en une brève étreinte et ils parvinrent enfin à se séparer. Romain se mit au travail. Mais sa belle occupait toutes ses pensées. Dommage pour lui parce qu'on était vendredi soir et qu'il y avait donc du monde. Beaucoup de monde. Néanmoins, il travailla le plus sérieusement possible. Quel soulagement ce fut pour lui quand il pu enfin rentrer chez lui. Il se jeta aussitôt sur son lit. Il ralluma son portable, au cas où Laélia voudrait l'appeler. Avant même que l'appareil ait fini de démarrer, il sombra dans un profond sommeil, épuisé.
0

RP posté le

Une fois que le jeune couple eut réussi à se séparer, Laélia partit en direction de son appartement afin de préparer quelques affaires pour aller chez ses parents.
Puis elle prit les transports en commun et arriva dans la mignonne petite demeure de ses parents.
Elle ne voulait pas trop repousser ce fameux moment... alors, elle prit son courage à deux mains et leur annonça pendant le dîner qu’elle avait de nombreuses difficultés en droit et que si elle continuait dans cette filière, ce serait foncer directement vers un échec. Ajoutant que ce n’était pas forcément parce qu’eux avaient réussi, qu’elle y arriverait.... ce n’était pas son truc. En bref, tout ce dont ils avaient discuté avec Romain.
Évidemment ses parents lui demandèrent ce qu’elle ferait à la place. La jeune femme expliqua alors que dans la même université que celle où elle se trouvait, il y avait des études de chant, qu’avec sa voix, cela pourrait lui ouvrir des portes... bien plus que si elle continuait en se foirant en droit.
Ses parents se regardèrent puis dirent d’un commun accord avec un ton très sérieux qu’ils allaient y réfléchir tous les deux et qu’ils lui en reparleraient demain matin.
C’était à peu près ça à chaque fois que la jeune femme demandait un service à ses parents, elle avait l’impression d’être au tribunal et qu’il y avait toujours un délai à attendre...
La famille finit de manger mais le problème était que cela avait créer un immense flot d’émotions et de stress en Laélia, hors tout ceci était propice à son épilepsie. Elle fit une crise, comme celle qu’elle avait faite la première fois chez le bel italien.
Puis, une fois remise elle se coucha presque aussitôt, épuisée par tant d’émotion et sa crise... de plus elle ne voulait pas déranger Romain en l’appelant.
0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>